Digital Durkheim

Ce carnet a été ouvert en avril 2012 pour accompagner l’édition électronique du corpus de la « première réception » (1912-1917) des Formes élémentaires de la vie religieuse d’Émile Durkheim (74 textes) ainsi qu’une sélection d’articles consacrés à cet ouvrage et publiés dans les Archives des sciences sociales des religions depuis le milieu des années 1950 (33 textes).

cropped-cropped-Gratien_1916b-1.jpg
cliché S.B.

Ce travail de cartographie intellectuelle sur la genèse, la réception et la postérité des Formes élémentaires se poursuit par la constitution d’une base de données bibliographique sur les quelques 3 582 textes recensés ou signalés dans la section « Sociologie religieuse » de L’Année sociologique (1893-1913).

 

 

 

 

L’ouverture de ce carnet a participé de la construction plus large, au sein du laboratoire Hastec, d’un point d’ancrage scientifique et de référence numérique sur le front international des Durkheimian studies où, à l’occasion des nombreuses commémorations savantes du centenaire de la publication des Formes élémentaires (1912), ont été discutées les diverses facettes et les enjeux passés ou contemporains d’une « théorie de la connaissance » qui, en son contexte, se présenta sous l’exigeant programme d’une « sociologie religieuse ». L’ensemble de ces manifestations scientifiques et les publications auxquelles elles ont données lieu sont ici recensées et pourront servir de matériaux pour une étude sur l’état des connaissances relatives à ce grand texte de Durkheim.
La perspective de Digital Humanities que nous adoptons correspond à notre souci d’interroger les nouvelles conditions de production et de diffusion numériques des savoirs, d’accompagner et de participer à ces échanges par la mise en oeuvre d’instruments de travail et de veilles numériques ainsi que par la mise en chantier et en réseau d’éditions critiques de corpus documentaires susceptibles de grouper les commentaires sur une œuvre qui s’est d’emblée donnée comme collective et dont le statut de classique des sciences sociales fait l’objet d’une croyance d’autant plus forte qu’elle est régulièrement célébrée comme telle.

S. Baciocchi, F. Théron