Un centenaire qui vieillit bien ? Les formes élémentaires de la vie religieuse — Montréal, 09/05/2012

Les formes élémentaires de la vie religieuse (FEVR) est l’ouvrage d’Émile Durkheim le plus commenté au cours des dernières années. À l’occasion du centenaire de sa publication (1912), ce colloque porte sur les cent ans de réception et d’usages des FEVR et se concentre sur le double objet abordé par Durkheim dans ce travail : « la sociologie religieuse et la théorie de la connaissance ». Pour la science des religions, la théorie durkheimienne de la religion n’a cessé d’être débattue. Si la question du totémisme n’occupe plus la place de choix qui lui était dévolue au tournant du 20e siècle et si le matériel ethnographique sur lequel se fonde Durkheim n’est plus celui privilégié par les chercheurs, il n’en reste pas moins que la genèse et la fonction sociales attribuées à la religion par Durkheim restent aujourd’hui encore d’une grande actualité. Sur le plan de la théorie de la connaissance, les arguments durkheimiens inscrivant les catégories de l’entendement et les représentations collectives dans une étude tenant autant compte de la morphologie sociale que de la physiologie sociale sont toujours pertinents et restent au centre des débats qui persistent sous plusieurs formes : naturalisme/constructivisme, réalisme/nominalisme … Mais, tout comme le soulignait Durkheim il y a cent ans, les préoccupations suscitées par ce double objet débordent leurs domaines spécifiques au profit d’une seule qui les englobe : une théorie de la société. C’est sans doute en cela que les FEVR sont un « centenaire qui vieillit bien » !

Programme

Source : http://www.acfas.ca/evenements/congres/programme/80/400/403/c