Durkheim et ses usages dans les sciences sociales, Paris, 4-5 novembre 2011

Colloque organisé par l’équipe Philosophies contemporaine – composante NoSoPhi de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, avec le soutien du Groupe de Sociologie Politique et Morale (GSPM) de l’EHESS, du Laboratoire de Recherches philosophiques sur les logiques de l’agir de l’Université de Franche-Comté et de la fondation Campus Condorcet.

Organisateurs : Céline Bonicco, Pierre Charbonnier, Mélanie Plouviez et Gildas Salmon

« Que reste-t-il de Durkheim aujourd’hui ? Quel sens y a-t-il à se dire durkheimien ou anti-durkheimien en sciences humaines et sociales ? Bien qu’un siècle nous en sépare, Durkheim et son école demeurent une référence vivante qui continue à structurer, positivement comme négativement, des appartenances intellectuelles et à nourrir des pratiques scientifiques.

La fécondité de la sociologie durkheimienne se mesure en particulier à l’aune de la diversité de ses héritages. Comment le legs de Durkheim peut-il être revendiqué par des courants aussi distincts que l’interactionnisme d’E. Goffman, le fonctionnalisme de T. Parsons, l’ethnométhodologie de H. Garfinkel, etc. ? Loin d’incarner une figure tutélaire, respectable mais inactuelle, il semble que la sociologie durkheimienne n’ait jamais cessé de jouer le rôle d’acteur majeur dans la structuration de la discipline. Sa réception ne se réduit nullement à une plate et servile reprise mais se révèle à chaque fois le lieu d’inventions conceptuelles mettant l’accent sur certains aspects habituellement négligés de sa pensée ou révélant la puissance théorique de ses concepts dans tel autre champ analytique. Il s’agira de comprendre ces usages partiaux, irrévérencieux ou métissés de la théorie sociale durkheimienne. Il s’agira également d’interroger, à partir de la sociologie, mais aussi de l’anthropologie, de l’économie, du droit ou de l’histoire, les mises en pratique contemporaines de la pensée durkheimienne. »

Durkheim et la sociologie Outre-Atlantique : pragmatisme et ethnométhodologie

Présidence : Bruno Karsenti (GSPM, EHESS)

  • Anne W. Rawls (Bentley University), Constitutive Practices in Durkheim’s Division of Social Labor: the Distinctive Character of Social Orders of Modernity
  • Albert Ogien (CEMS, EHESS), Durkheim en sociologue de la connaissance. Les rudiments d’une théorie réflexive du concept
  • Cyril Lemieux (GSPM, EHESS), Ce que le durkheimisme fait à la sociologie pragmatique, et vice versa

Durkheim à l’épreuve de la modernité

Présidence : Xavier Guchet (PhiCo/NoSoPhi, Université Paris I)

  • Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris IV, IUF), «Voir mes travaux ne pas rester stériles». Durkheim et la recherche en train de se faire
  • Frédéric Keck (LAS, EHESS), Contagion et participation à partir de Durkheim

Durkheim et le projet humain

Présidence : Frédéric Brahami (Logiques de l’agir, Université de Franche-Comté)

  • Jean-Louis Fabiani (CESPRA, EHESS), Émile Durkheim ou de l’Éducation
  • Bruno Karsenti (GSPM, EHESS), Société et humanité chez Durkheim

Refondations durkheimiennes

Philippe Steiner (GEMASS, Université Paris IV, IUF)

  • Raymond Boudon (GEMASS, Université Paris IV), La modernité scientifique de Durkheim
  • Robert Castel (CEMS, EHESS), Émile Durkheim : une posture pour faire de la sociologie
  • Serge Paugam (ERIS, EHESS), Force et faiblesse de la théorie de Durkheim sur les liens sociaux

Durkheim et le droit

Président de séance : Laurent Jaffro (PhiCo/NoSoPhi, Université Paris I)

  • Claude Didry (IDHE, ENS Cachan), Le droit comme condition de possibilité d’une sociologie des sociétés modernes. Durkheim et le droit contractuel
  • Mélanie Plouviez (PhiCo/NoSoPhi, Université Paris I), Le projet de réforme corporative. Durkheim et le droit professionnel